l'AMJHL-signale

A signaler

Shoah, politique, livres

Cette page signale des évènements (livres, articles, manifestations culturelles ou politiques) pouvant intéresser celles et ceux qui partagent les valeurs de l'AMJHL. Dans cet esprit, nous signalons volontiers les évènements organisés par nos adhérents ... pourvu que nous en soyons informés !

Jeudi 14 Juin à 19h30 à la librairie L'Ivraie

Nos amis Gilles Moutot et Véronique Narcisse-Moutot présenteront la nouvelle revue de Philisopie Prismes

réalisant ainsi un projet de Miguel Abensour, disparu l'an dernier.

Vendredi 8 juin à 19h à la librairie Scrupule, 26 Rue du Faubourg Figuerolles

Michel Eckhard Elial reçoit Ronny Someck dans le cadre de l’année croisée France-Israël et pour la troisième fois à Montpellier.
Ronny Someck, poète israélien présentera des extraits de deux recueils le Baiser de la Poésie et le Piano ardent (traduction Michel Eckhard Elial ).
Pierre Ech Ardour présentera son recueil l’Arbre des Lettres, un double abécédaire, l’un suit l’alphabet hébraïque, l’autre l’alphabet latin. Calligraphies de Saïd Sayagh.
Accompagnement musical : Mélanie Arnal.
Lectures : Pascale Goëta, Patricia Stheeman, Dona Stheeman.
Entrée libre

Si vous n'avez pas pu voir le 12 Mai sur la chaîne LCP le documentaire suivant:

"Les Guerrières de la paix: la marche des femmes israéliennes et palestiniennes pour la paix en octobre dernier"

Ce documentaire sera rediffusé le 19/5 à 22.30, le 20/5 à 9.00 et à 19.05.

Vient de paraître (avril 2018)

Le nouvel antisémitisme en France (éditions Albin Michel)

Ce livre fait suite au travail du collectif qui s'est constitué après le meurtre de Sarah Halimi (retraitée de 85 ans, battue à mort chez elle et défenestrée) pour que vérité soit dite et justice rendue. ll analyse notamment les raisons du long silence politico-médiatique sur la nature clairement antisémite de cet assassinat.

Voir la recension de notre amie Corinne Daubigny.

Mercredi 16 Mai à 20h (dans le cadre de l'Agora des savoirs)

La révolution cultuelle nazie par Johann Chapoutot, professeur d'histoire comtemporaine à l'Université Paris III-Sorbonne Nouvelle (signalons aussi le livre de même titre publié par le conférencier chez Gallimard, collection Bibliothèque des Histoires.

Voir aussi l'exposition photographique sur un théme analogue du 27 Juin au 16 Septembre 2018 au Pavillon Populaire.

Samedi 28 Avril, à Paris, mairie du 4e : Israel La démocratie menacée ?

C'est le sujet du collloque organisé par nos amis de JCAll. Il sera question à la fois de l'historique de la démocratie israélienne, de sa vitalité et des attaques dont elle est l'objet de la part de la coalition au pouvoir.

A voir absolument :Bérénice 34-44

pièce adaptée du roman éponyme d' Isabelle Stibbe

Si vous avez raté cette pièce extraordinaire au Carré Rondelet, une session de rattrapage est possible au festival d'Avignon.

1934. Bérénice Kapelouchnik est une adolescente juive, passionnée de théâtre. Elle finit par rentrer au conservatoire, puis à la Comédie Française contre la volonté de son père.

Mais la guerre éclate, et tous les Juifs doivent être expulsés de la Maison de Molière. Durant cette période sombre de l’Occupation, nous découvrons les travers et les ambigüités de la Comédie Française et de ses occupants : Jacques Copeau, Louis Jouvet…

Dans ce seul en scène, nous suivons cette comédienne dévorée par sa passion viscérale pour le théâtre, qui préférera renier jusqu’à son nom, son identité, pour rester sur les planches plutôt que de céder au chantage du régime de Vichy.

Mardi 20 et Mercredi 21 Mars à 20h au Théâtre Jean Vilar

We love Arabs We love arabs est l'histoire drolatique d'un chorégraphe israélien qui a besoin d'un danseur arabe pour créer une pièce porteuse d'un message de coexistence et de paix. Une entreprise (réussie) de démolition du mur des préjugés et une dissection des comportements ordinaires, exécutée avec humour et subtilité (extrait de la brochure du théâtre). Est-ce pour cela que des appels au boycott de cette pièce circulent ? On peut se poser la question.

Il ya 73 ans, le camp d'Auschwitz était libéré (27 Janvier 1945)

Lisez le numéro spécial de la revue d'Akadem consacré à cet anniversaire

Disparition d'Aharon Appelfeld le 4 Janvier 2018

Nous vous invitons à consulter le dossier qui lui est consacré sur le site d'Akadem .

En hommage à Simone Veil, disparue le 30 Juin 2017

Beaucoup a été dit, et bien dit, sur son action pour la cause des femmes et la mémoire de la Shoah. Signalons un autre fait moins connu : pendant la guerre d'Algérie, alors qu'elle était fonctionnaire au ministère de la Justice, Simone Veil a fait transférer en France des détenues algériennes pour les soustraire aux mauvais traitements et aux viols.

Simone Veil fait l'objet d'un article dans wikipedia qui n'est pas trop mauvais. Mais cet article est vandalisé plusieurs fois par semaine. Ces modifications malveillantes sont révoquées dans la journée, mais le phénomène est significatif ; la plupart de ces vandalismes ont caractère antisémite.

On pourra prendre connaissance avec intérêt d'un communiqué du Centre Communautaire laïc juif (un mouvement belge dans la même mouvance que la notre), sur des problèmes semblables à ceux que nous rencontrons en France.

Deux livres à lire absolument (ce qui n'implique pas une approbation inconditionnelle) :

  • Reflexions sur l'antisémitisme, coordonné par Domnique Schnapper, Paul Salmona et Perrine Simon-Nahum, aux édtions Odile Jacob/
  • Citoyenneté et loyauté, par Yves Michaud, ed. Kero?

Solidarité envers les réfugiés

Nous soutenons cette initiative de parrainage de réfugiés ayant demandé le droit d'asile.

Voir dans Libération du 2 Janvier 2016 une tribune de Sophie Bessis De l'indignation sélective au Maghreb.
NB.Sophie Bessis, historienne, est chercheuse à l'IRIS, think tank dont nous ne partageons pas vraiment les analyses.

Signalons la sortie d'un dvd intitulé Trésors du cinéma Yiddish (30 euro à la Fnac), qui contient notamment Le Dibbouk que nous avons projeté récemment.

' Malek Chebel est mort le 12 Novembre. Nous saluons la mémoire d'un penseur de valeur, promoteur d'un islam libéral. Son image restera celle d'un grand humaniste.

L'actrice israélienne Ronit Elkabetz s'est éteinte le 19 avril 2016 à l'âge de 51 ans des suites d'un cancer. Cette grande et belle figure du cinéma israélien, que l'acteur Sasson Gabbaï a qualifiée de "diamant noir" était née en 1964 à Beer Sheva dans une famille modeste de quatre enfants, d'origine marocaine.

Avec sa silhouette, ses immenses yeux soulignés de khôl, sa longue chevelure noire, sa voix grave, elle était devenue l'ambassadrice du cinéma israélien à l'étranger et notamment en France, où elle a fait de nombreux séjours et tourné plusieurs films.

Actrice engagée, militante des droits des femmes, critique de la société israélienne et d'une certaine politique, elle a su faire entendre ses convictions dans l'oeuvre qu'elle laisse; les films qu'elle a réalisés en partenariat avec son frère Shlomi, dont elle était particulièrement proche: Prendre femme en 2004, leur premier long métrage, Les sept jours en 2008, sur fonds de guerre d'Irak, Gett, le procès de Viviane Amsalem en 2014, questionnent la place des femmes et le poids de la tradition dans une société israélienne conservatrice et minée par les préjugés. On retiendra ses interprétations dans "Mariage tardif en 2001, dans Mon trésor de Keren Yedaya en 2004 où elle incarne une prostituée, et, de façon plus légère mais non moins émouvante, dans La visite de la fanfare de Eran Kolirin en 2007, où elle joue une tenancière de bistrot du bout du monde désabusée et généreuse? Et tant d'autres...

Son oeuvre, tant comme réalisatrice que comme actrice, a fait l'objet de nombreux prix internationaux.

Elle laisse deux jeunes enfants.

27 Janvier 2016 Soixante-et-onzième anniversaire de la libération d'Auschwitz

Et pourtant, non !
Vous n’êtes pas nés sur les routes,
personne n’a jeté à l’égout vos petits
comme des chats encor sans yeux,
vous n’avez pas erré de cité en cité
traqués par les polices,
vous n’avez pas connu les désastres à l’aube,
les wagons de bestiaux
et le sanglot amer de l’humiliation,
accusés d’un délit que vous n’avez pas fait,
d’un meurtre dont il manque encore le cadavre,
changeant de nom et de visage,
pour ne pas emporter un nom qu’on a hué
un visage qui avait servi à tout le monde
de crachoir !

Benjamin Fondane (Jassy, Roumanie, 1898- Auschwitz, 1944)

Voir ici pour l'intégralité du poème et pour la biographie de cet écrivain et philosophe.

Deux nouveaux documents sur notre site La Shoah en Hongrie, et Juifs du bout du monde par Georges Fougerand-Oppenheim.

La venue à Montpellier de Delphine Horvilleur a été l'occasion pour certains d'entre nous de découvrir Tenoua, le magazine qu'elle dirige. C'est une publication de très bonne tenue.

Dans la chaleur de l'été (Libération du 14 Août 2015), Laurent Joffrin a écrit une tribune intitulée BDS : les dessous d'un boycott qui ne manque pas d'intérêt.

Il arrive que l'on trouve des choses intéressantes dans wikipedia. Par exemple cet article sur la propagande nazie autour du camp de Theresienstadt

Pour d'autres événements plus anciens, mais ayant gardé tout leur intérêt, voir ici.