judaïsme humaniste et laïque à Montpellier

Mémorial de Rivesaltes
Mémoire des « indésirables », une histoire française de la concentration  ?

entree du camp

Entrée du mémorial

archives

Quelques photos

La visite du camp comporte une partie en plein air (anciens baraquements et stèles commémoratives pour les Juifs, les Républicains espagnols, les Harkis) et la visite du Mémorial inauguré en 2015, avec son exposition permanente sur plus de 1000 m² à visées historique, pédagogique, artistique et culturelle. Une libraire offre une documentation abondante (et CD, DVD etc ). Espace restauration.

En 1998, après qu’il ait été question de raser cet ancien camp militaire, le Conseil régional Languedoc-Roussillon entreprit la construction de ce projet architectural et historique à la mémoire de toutes les personnes hébergées, internées, ou décédées dans ce camp, de différentes cultures et pays d’origine, notamment les Républicains espagnols, les Juifs, les Tziganes et les Harkis. C’est une réalisation à portée nationale et internationale.

Il permet, de 1875 à nos jours, de reconnaître les usages multiples de ce camp suivant les grands pans de notre histoire : Guerre d’Espagne (internement des républicains espagnols), Seconde Guerre mondiale (internements sous Vichy - « Le Drancy » de la zone libre », déportations en 42, épuration d’après guerre, centre surveillé pour les étrangers surveillés et centre pénitentiaire), guerre d’Algérie (camp de transit pour Harkis à partir de 62), rétention des immigrés clandestins (de 1986 à 2013)

Le mémorial a été réalisé par l'architecte Rudy Ricciotti.

Le conseil scientifique pluridisciplinaire du Mémorial est présidé par Denis Peschanski.

Le projet a reçu le soutien de Simone VeilRobert Badinter et  Serge Klarsfeld.

C. D. Daubigny