Un responsable du Judaïsme Réformé condamne l'occupation Israélienne et les implantations

Allison Kaplan Sommer (Haaretz, Novembre 2015

Le président du Mouvement pour un Judaïsme réformé a condamné l'occupation par Israël de la Rive Gauche du Jourdain, et sa politique de colonisation en raison "des souffrances qu'elle inflige aux Palestiniens. "

Dans son discours d'ouverture du Jeudi Biennal de l'Union pour un Judaïsme réformé, le Rabbin Rick Jacobs a déclaré que l'occupation aliène à Israël ses amis et alliés dans le monde entier et nourrit "une intolérance croissante" au sein de la société israélienne.

En même temps, Jacobs a pris soin d'accompagner son message d'un fort soutien à Israël, d'une dénonciation du terrorisme palestinien, et d'un appel à combattre le mouvement BDS comme les autres tentatives de boycott d'Israël.

"Beaucoup de Juifs, principalement parmi les plus jeunes, ont l'impression qu'Israël est devenu trop intolérant, pas seulement envers ses citoyens arabes, mais aussi envers les Juifs non orthodoxes, les Juifs Ethiopiens, les gays el les lesbiennes, les réfugiés, et d'autres encore. Tout en éprouvant une empathie douloureuse pour les victimes Israéliennes du terrorisme, beaucoup ne peuvent accepter la colonisation croissante de la Rive Gauche du Jourdain, ni l'affaiblissement d'institutions démocratiques telles que la Cour Suprême d'Israël, résultats d'attaques continuelles venant de quelques ultra-orthodoxes et de milieux d'extrême droite," a déclaré Jacobs devant 5000 juifs du Mouvement pour la Réforme, réunis à Orlando en Floride.

"Notre mouvement est opposé depuis longtemps à la poltique d'implantations sur la Rive Gauche du Jourdain. Cette occupation est une menace pour le véritable Sionisme qui nous est cher : l'expression vivante d'un Etat Juif démocratique. Elle lèse les Palestiniens et aliène à Israël des amis et des alliés dans le monde entier"

Eb même temps, il a ajoûté, "l'Etat Juif a besoin de notre soutien sans faille. Et nous n'arrêterons jamais de proclamer son droit à l'existence malgré l'hostilité ambiante."

"Nous sommes le mouvement le plus important au sein de la vie juive en Amérique du Nord. A ce titre nous pouvons et devons jouer un rôle clé dans le lutte contre BDS - le mouvement intitulé boycottt, désinvestissement, sanctions - qui cherche à rendre illégitime l'existence même du seul et unique état Juif" a-t-il déclaré.

Le vice-président Joe Bidden s'est adressé à la Biennale lors de sa réunion pleinière du samedi soir. Le discours de Jacob a eu lieu la veille de l'arrivée du Premier Ministre Israélien Benjamin Netanyahu aux Etats-Unis pour une rencontre très attendue avec le Président Barack Obama et un discours devant l'Assemblée Générale des Fédérations juives d'Amérique du Nord.

Dans son discours, Jacobs a égratigné ce qu'il considère comme "des efforts anti-BDS bien financés", à savoir le groupe style "faucon" des "Campus Macchabees", financé par Sheldon Adelson.

"Dans les campus, beaucoup d'étudiants juifs croient comme nous que leur amour d'Israël ne justifie pas seulement de réfuter BDS, mais aussi de mettre en question la politique d'Israël qui faillit aux idéaux les plus élévés de la tradition juive, et lui aliène de nombreux soutiens qui se seraient affirmés dans une autre situation."

Il a rappelé le soutien de son mouvement à une solution négociée à deux états, tout en disant qu'elle était sabotée par les deux parties. "Trop souvent, les Israéliens et les notables Juifs Américains tiennent les leaders palestiniens pour seuls responsables des échecs des initiatives de paix. Mais les mouvements progressistes sont aussi en tort quand ils désignent Israël comme le seul coupable du sabordage des initiatives de paix." Une solution à un seul état serait, a-t-il dit, "impossible à établir et ingérable".

Il a rappelé sa visite de condoléances à Rabanit Chabna Henkin, après l'assassinant de son fils Eitam et de sa belle-fille Naama par des terroristes palestiniens sur la Rive Gauche du Joudain le mois dernier, la comparant à sa visite à Ahmed Dawabsheh, la jeune victime qui a perdu toute sa famille dans le bombardement du village Palestinien de Duma.

"Eprouvons-nous une douleur plus grande pour l'un d'entre eux ?" a-t-il demandé. Fondamentalement, a-t-il déclaré, "le Sionisme et le Judaïsme que nous aimons et vivons exige de nous de partager la douleur des deux familles. Dans les débats que nous avons entre nous, nous considérons trop souvent qu'il n'y a de place dans nos coeurs que pour une seule."

Concernant les relations avec Israël, Jacobs a déclaré que le Mouvement Réformé présente une "alternative au Judaïsme rigide et refermé sur lui-même qui envahit la vie publique en Israël" et que cette alternative pourrait "rappeler à Israël la puissance et la sagesse d'une vision pluraliste de la vie juive."

Si la communauté juive aux Etats-Unis, et en particulier le mouvement réformé, veut attirer et retenir ses membres, elle doit viser plus loin que son simple maintien. C'est là l'idée sous-jacente au discours d'ouverture de Jacobs. "Nous ne nous impliquerions pas dans la vie Juive, et encore moins ici à cette Biennale, si nous n'avions pas une vision plus claire, plus forte. Nous ne mainteonns pas simplement les lumières allumées. Nous nous sommes engagés à faire quelque chose de fondamental."

"Aujourd'hui, être "religieux' a trop souvent fini par signifier être rigide et intolérant, volontairement ignorant de la science, et profondément allergique au changement. C'est pourquoi beaucoup de Juifs et de Chrétiens "libéraux sur le plan théologique" commencent aujourd'hui à abondonner la vie religieuse" a-t-il déclaré.

Dans son appel au renouveau et au renforcement du Judaïsme Réformé, il a déclaré que "ceux qui ont faim de changement social et d communauté se sont peut-être retirés de la vie religieuse, mais je ne crois pas un seul instant qu'ils ont perdu leur appétit."

Notes du traducteur.

  1. Le Reform Mouvement, que nous avons traduit par "Mouvement pour un Judaïsme réformé", est un peu l'équivalent des Juifs libéraux en Europe.
  2. Sheldon Adelson est un milliardaire juif américain (comme on le sait bien depuis Aristote et Lewis Carrol, le contraire de "tous les juifs sont riches" n'est pas "tous les juifs sont pauvres") qui finance généreusement certains candidats républicains à la présidentielle ... ainsi que les campagnes de Benjamin Netanyahou.
  3. La tactique à adopter contre BDS fait débat parmi les juifs américains. Certains se demandent si "en en faisant trop" on ne fait pas de la publicité à des groupes jusque là peu connus. Voir par exemple cet article.