De l'AKTION T4 à l'AKTION 14f13

Allemagne 1933-1945

« Des vies sans valeur »

REVUE d'HISTOIRE de la SHOAH N°199 / octobre 2013

ed. Mémorial de la SHOAH ISSN 2111-885X

Note de lecture de Catherine Borgida

NB. le Mémorial de la SHOAH édite sa revue sous la forme de 2 volumes de 500 pages chaque année.

Les noms de code AKTION T4 et AKTION 14f13 désignent l'élimination par le régime nazi des HANDICAPÉS PHYSIQUES et MENTAUX, et autres indésirables, Juifs et non-Juifs, qui a commencé dès l'arrivée des nazis au pouvoir, et préfiguré la Shoah sous bien des aspects.

FONDEMENTS. Tout d'abord, les racines de l' « hygiène raciste » se trouvent dans un darwinisme dévoyé : Spencer, Francis Galton et Alfred Ploetz, auteur en 1895 des Fondements d'une hygiène des races. Selon Ploetz les individus de « haute valeur héréditaire » se reproduisent plus lentement et moins que les autres, le progrès de l'humanité exige donc une sélection. La frontière entre règne animal et humain est floue : un être « dégénéré » régresse au niveau animal.

Ces bons principes conduisent à la destruction des « vies sans valeur » au moyen de l' Aktion T4, le dispositif sera ensuite calqué d'une part dans l' Aktion 14f13, qui est la mise à mort des captifs de camps de concentration, d'autre part dans l' Aktion Reinhardt : la « solution finale » dans les camps d'extermination proprement dits.

Le code T4 correspond au 4, Tiergartenstrasse à Berlin, adresse du siège de l'organisation, et le code 14f13 : 14= la mort , f= exécution ; 13 = gazage.

L' Aktion T4+14f13 est couverte par le secret d' Etat, organisée dans des structures, des lieux spécialisés et avec un personnel spécifique, avec une volonté de dissimulation constante jusqu'en 1945. Registres des départs, fausses dates de décès, actes de décès échelonnés envoyés à partir d'autres sites, fausses destinations de convois, achat de matériel par l'intermédiaire du Part nazi local, avec l'autorisation expresse du Führer, destruction des traces fin 44 par des commandos de prisonniers exécutés après, tout est fait pour brouiller les pistes. D'où l'extrême difficulté pour reconstituer le dispositif et identifier les victimes. Des documents ont cependant pu être retrouvés car la volonté de secret de la Chancellerie se heurtait à l'administration pointilleuse du Reich, qui enregistrait tous les individus, les transports, les coûts etc... il fallait bien des listes « réelles » pour constituer les convois ! D'autre part des détenus en charge de fonctions ont réussi à voler des listes. Les bourreaux, eux, sont connus, mais au moment des grands procès (Nuremberg et procès des tribunaux allemands des années 60), beaucoup de preuves manquaient : personne n'a survécu à l' Aktion 14f13. Quelques responsables ont été condamnés à mort, mais ceux qui s'en sont tirés avec de la prison en sont sortis rapidement.

CHRONOLOGIE

La décision est prise d'éliminer 20% des aliénés, soit 70000 personnes dans 6 centres de mise à mort déguisés en Centres de Convalescence, sous la responsabilité de 11 médecins, par groupes de 40 à 50 dans des salles hermétiques, au monoxyde carbone, en 20 minutes. Des causes fictives de décès sont prévues cas pas cas avec envoi de condoléances aux familles et de l'urne funéraire, la crémation étant justifiée médicalement ... et empêchant l'identification des victimes. Même les signatures de médecins sont fictives.

Ce luxe de secret était destiné à leurrer les Allemands et éviter des réactions, en particulier des Eglises, mais la vérité finit par percer et l' Aktion T4 est arrêtée le 24 août 1941. Toutefois, il était prévu qu'elle devait reprendre après la guerre !

Jusqu'ici la SS a été peu impliquée, et la profession médicale s'est largement compromise à toutes les étapes : évaluation, sélection, élimination.

Le livre décrit dans le détail l'organisation du dispositif d'élimination : lieux, médecins et personnel impliqués, méthodes de sélection et d'élimination, points de transit, modes de transport, participation de la SS, implication des directeurs d'établissements de santé, victimes autres que handicapés, modes de mise à mort.

En deux ans, plus de 200000 citoyens allemands sont éliminés.

Début 1941, Himmler prend le relais avec l' Aktion 14f13, qui consiste à utiliser les structures mises en place pour gazer des déportés provenant de camps de concentration (Belzec, Sobibor, Treblinka, Chelmno), selon un processus « simplifié ». Le nombre de victimes est très difficile à établir.

L'APRÈS-GUERRE

1945 Un psychiatre de la zone d'occupation française Robert Poitrot, est chargé d'enquêter concernant les asiles de Bade-Würtemberg, il présente son rapport au Procès de Nuremberg (dec. 46-août 47). Les Directeurs d'hôpitaux psychiatriques membres du Parti nazi sont suspendus jusqu'en 1949. Le milieu médical allemand fait tout pour occulter les faits, le rapport d' A. Mitscherlich est escamoté.

21 nov. 46 procès de 20 médecins, c'est le premier des 12 procès militaires américains. Tous plaident « non coupable », 13 sont jugés coupables et 4 sont pendus.

Fixation du « Code de Nuremberg », base des chartes et conventions internationales .

1946 32 associations de médecins nationales constituent l'AMM (Association Médicale mondiale).

1947 l'AMM proclame le « Serment de Genève ».

1949 premier Code international d'éthique médicale.

1964 Helsinki :déclaration sur la réglementation des expériences médicales sur l'homme.

Juin 1981 premier Congrès de psychiatres à Hanovre sur l'extermination des malades mentaux. 400 participants.

1995 l'UNESCO adopte la « bio-éthique », crée une Commission « Science et Ethique » et incite à la création de commissions nationales d'éthique.

Note. Alexander Mitscherlich et Fred Mielke, officiellement chargés du rapport du Procès des Médecins (dec.46-Aout47) ont produit en août 49 l'ouvrage Medizin ohne Menschlichkei (médecine sans humanité), publié en 10000 exemplaires, tous achetés immédiatement par l'Ordre des Médecins d' Allemagne. Peu après la fin des procès, des documents sont parus en français et en anglais. La documentation complète a été publiée en 1999, puis avec une analyse par Angelika Ebbinghaus et Klaus Dörner en 2001:

Vernichten und Heilen. Der Nürnberger Artzteprozess und seine Folgen

(Détruire et Guérir. Le procès des Médecins de Nuremberg et ses suites).

Signalons aussi que l'article du wikipedia allemand sur la question est bien documenté.

Note du webmestre. La propagande nazie, et notamment celle contre les aliénés, se manifestait jusque dans les manuels scolaires. Voir ici quelques exemples édifiants.